Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par vasko

Maladie de Lyme : les tiques attaquent

Environ 5 500 nouveaux cas de maladie de Lyme sont diagnostiqués chaque année en France par les médecins généralistes. Cette affection, transmise par les tiques, s’attrape en flânant en forêt. Si vous êtes adeptes de la chasse ou des promenades dans les bois, soyez vigilants.

Dans les années 70, était identifiée pour la première fois aux Etats-Unis, dans le comté de Lyme situé dans le Connecticut, un curieux syndrome touchant la peau et les articulations, la maladie prit le nom de ce comté. Cette affection de l’hémisphère nord est aujourd’hui bien connue des spécialistes des maladies infectieuses et une étude nationale, effectuée de mai 1999 à avril 2000 chez 1 178 médecins généralistes, a révélé qu’elle concerne en France au minimum 9,4 personnes pour 100 000 habitants. Dans l’Hexagone, l’Alsace (86 cas/100 000), le Limousin (42 cas/100 000) et la Lorraine (34 cas/100 000) sont les régions les plus touchées. A l’inverse, les régions Nord-Pas de Calais, Languedoc-Roussillon et Provence-Côtes d’Azur sont indemnes de la maladie, ainsi que la Corse.

L’attaque des tiques

La maladie est transmise par des tiques (du genre Ixodes) infectées par une Borrelia, un micro-organisme de la famille des spirochètes (bactéries de forme spiralée). Cependant, parmi les huit espèces de Borrelia qui existent dans le monde, seules trois infectent l’homme : Borrelia burgdorferi, garinii et afzelii. Malheureusement pour les habitants du vieux continent, les trois bactéries pathogènes sévissent en Europe. En revanche, en Amérique du Nord, Borrelia burgdorferi est seule à exercer ses méfaits.

 

Les tiques infectées, transportées par les mammifères sauvages des forêts comme les rongeurs et les daims, peuvent provoquer la maladie chez les hommes à l’occasion de piqûres.

Mais, elles ne se plaisent ni en altitude ni au soleil, ce qui explique que la maladie se rencontre avant tout dans les pays tempérés. En Europe, l’Autriche serait un des pays les plus atteints, mais la maladie paraît également endémique en Allemagne, en Suisse et en Suède. Elle semble aussi avoir récemment augmenté de fréquence aux Etats-Unis, où elle est plus répandue dans les Etats de l’est du pays.

Une loupe est parfois utile

C’est en général du printemps à l’automne, périodes d’activité des tiques, que le risque de contracter la maladie est maximal. Dans l’enquête qui vient d’être menée en France, 83 % des cas ont ainsi été constatés entre mai et septembre. Les personnes les plus exposées semblent être les retraités (vraisemblablement parce qu’ils se promènent plus volontiers dans les bois), les travailleurs en milieu naturel (agriculteurs, garde-forestiers) et les intervenants médico-sociaux (aides à domicile, infirmières…), peut-être parce qu’ils manipulent plus souvent les tiques.

Si vous avez été piqué par cet insecte, ne paniquez pas. La maladie de Lyme n'existe peut-être pas dans la région où vous vous trouvez. Si vous essayez d'enlever la tique, procédez doucement, de façon à ne pas répandre son contenu, éventuellement infecté par une Borrelia, dans votre sang. En cas de morsure, la tique doit être rapidement enlevée à l'aide d'une pince à épiler, saisissez la bête au plus près de la peau et tirez-la sans la faire pivoter, dans le sens de l'axe de son corps, afin qu'aucune partie de l'animal ne reste accrochée. Une loupe est parfois utile pour réaliser ce geste. Il est déconseillé d'appliquer tout produit (éther, alcool, etc.) qui risquerait de faire régurgiter la tique et ainsi d'accroître les risques d'infection. Mais même si vous avez réussi à vous débarrasser de la tique, une sensation de corps étranger ou une légère irritation peut persister pendant quelque temps.

Les aspects de la maladie de Lyme sont très divers. Pour ce motif, elle est d’ailleurs souvent méconnue à ses débuts, ce d’autant que la piqûre de tique peut être indolore et donc passer inaperçue.

La manifestation la plus caractéristique et la plus fréquente (57 % des cas dans l’enquête française) est représentée par l’érythème migrant. Cette éruption en cocarde rouge vif d’au moins trois à cinq centimètres de diamètre apparaît dans les jours et les semaines suivant la piqûre et évolue sur un mode centrifuge. Sa bordure est volontiers en relief mais, malgré sa taille, la lésion reste en général non douloureuse.

Parfois, la maladie s’accompagne aussi de courbatures ou d’atteintes d’une ou de plusieurs grosses articulations, en particulier les genoux ou les hanches. Ou même induit des atteintes des méninges, des nerfs ou une paralysie faciale, voire modifie la conduction cardiaque ou détermine des altérations de la vision. Des réactions immunologiques pourraient jouer un rôle dans certains de ces troubles.

Un vaccin est en préparation

La maladie se traite actuellement par des antibiotiques, qui sont, en règle générale, assez efficaces, tout au moins tant que des complications ne sont pas apparues. Aux Etats-Unis, un vaccin est commercialisé depuis 1999, par les laboratoires SmithKline Beecham, LYMErix, mais il ne prévient que les infections à Borrelia burgdorferi et non les maladies induites par les deux autres Borrelia présentes en Europe.

Un vaccin dirigé contre les trois types de Borrelia rencontrées sur le continent européen est actuellement à l’essai.

Dr Corinne Tutin

source : doctissimo.fr

Commenter cet article